LA KYLL

La Kyll

Longue de 128 kilomètres, la Kyll prend sa source près de Losheimergraben, proche de la frontière belge. Une autre source, celle de l'Our est à peine à 300 mètres d'ici. La rivière fait ses premiers pas dans le « Land » Rhénanie-du-Nord-Westphalie, puis Rhénanie-Palatinat. En gros, la Kyll passe par le barrage de Kronenburg, puis arrose les villes de Stadtkyll, Gerolstein, Kyllburg et Trèves. A la hauteur du port de Trèves-Ehrang, la Kyll rejoint la Moselle.

Date du parcours : 16-20 juillet 2017

Longueur : 128 kilomètres

Source altitude : 660 m         50°22'47'' N 6°20'39'' E

Source localisation : Losheimergraben (D)

Confluence altitude : 123 m

Confluence localisation : Trèves (D)          49°48'13''N 6°42'07'' E

Pays traversés : Allemagne

Régions (Länder) : Rhénanie-du-Nord-Westphalie et Rhénanie-Palatinat

                                                  Dans la cave de cet hôtel se trouve une des 3 sources

16 juillet 2017

De Losheimergraben à Stadtkyll

3 sources du côté belge se réunissent sur le côté allemand et constituent la « vraie » source de la Kyll, à une altitude de presque 700 mètres. L'une d'elles se trouve dans la cave de l'hôtel où j'ai passé la nuit et la patronne m'avait accordé la faveur de la photographier. Il a plu la nuit et tout est mouillé. La source, la « vraie » est sur le bas côté de la B 265, route bien fréquentée mais comme il est dimanche il y a peu de voitures. Dès le départ je fais une petite erreur, je prends la mauvaise direction et je ne trouve pas le bon chemin. Tout au plus j'ai fait un détour d'un kilomètre, en vain. Je trouve un autre chemin, sans voitures et j'avance vers Frauenkron où j'aperçois la Kyll pour la première fois, très timide encore, moins d'un mètre de largeur, mais dans un décor pittoresque. Des collines vertes et boisées, parsemées de vaches curieuses qui apprécient le calme et la fraîcheur. La Kyll débute son parcours en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, passe très vite en Rhénanie-Palatinat, puis regagne encore une fois la Rhénanie-du-Nord-Westphalie à la hauteur de Frauenkron, revient en Rhénanie-Palatinat là où la rivière fait une courbe vers le sud jusqu'au lac de Kronenburg. De nouveau j'entre en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, comme c'est compliqué des fois. Ce lac de Kronenburg est en réalité un bassin de retenue des eaux qui protège la région des crues de la Kyll. Il a une surface de 27 ha et fût construit de 1973 à 1979. Au bout du lac, là où sort la Kyll, apaisée et régularisée par le barrage, se trouve le village de Kronenburg. Sur ses hauteurs il y a la partie médiévale du village qui vaut vraiment le détour. Je gagne maintenant la piste cyclable « Kyllradweg », qui a été installée sur l'ancienne voie ferrée de la « Vennerquerbahn ». Bientôt la Kyll opte définitivement pour la Rhénanie-Palatinat et sa première ville est Stadtkyll. Petite ville de quelque 1500 âmes, animée par quelques restaurants, elle est aussi ma destination pour aujourd'hui.

17 juillet 2017

De Stadtkyll à Gerolstein

À huit heures je quitte mon hôtel qui se trouve proche de la piste à vélos. C'est encore tôt et je suis seul sur la piste. Je passe à Niederkyll, puis Glaadt et Jünkerath, un très joli village. Entre les 2 derniers je traverse une zone commerciale où se trouvent, quelle connerie, EDEKA, ALDI, LIDL et autres enseignes connues. A Jünkerath une toute nouvelle gare remplace l'ancienne. La Kyll, quant à elle est toujours un maigre ruisseau caché par la végétation. Souvent des chemins portent fièrement le nom d'une rivière comme en l'occurrence, le « Kyllradweg », mais ce n'est nullement une garantie de voir les rivières à tout moment. Les prochains villages sont Gönnersdorf, Lissendorf puis Birgel et son moulin très intéressant à multiples usages, musée, bar-restaurant, etc. Je le contemple seulement de l'extérieur. Maintenant s'installe un paysage particulièrement beau, vert, calme. La vallée de la Kyll est maintenant très large. Les volcans éteints sont des repères dans le paysage. À Bolsdorf il y a une toute petite mais très belle église que l'on peut visiter et profiter d'un moment de fraîcheur à l'ombre. À Dohm je traverse la Kyll et continue sur la rive droite vers Bewingen. Traversant une grande forêt j'arrive bientôt à Pelm. Maintenant ce n'est plus loin jusqu'à Gerolstein, ville d'eau par excellence. Mais d'abord je dois longer un dépôt ferroviaire où j'aperçois 2 wagons des chemins de fer luxembourgeois parmi beaucoup d'autres, principalement des très vieux qui servent de pièces de musée. À Gerolstein on s'est donné beaucoup de peine pour mettre en évidence la Kyll. En plein centre des aménagements autour de l'eau bien réussis donnent un cachet agréable à cette ville. Un café dans la zone piétonnière et je continue vers mon hôtel qui se trouve malheureusement à 2 kilomètres d'ici. À 5 minutes de l'hôtel il y a le barrage de Schauerbach que je visite encore avant le dîner. Un peu plus loin après le barrage le ruisseau Schauerbach continue son chemin et se jette en bas de la ville dans la Kyll.

18 juillet 2017

De Gerolstein à Kyllburg

Je quitte l'hôtel tôt, parce qu'on annonce un temps caniculaire et j'ai 25 bornes devant moi. Je me mets là sur la piste cyclable où je l'avais quittée hier. Je laisse Gerolstein derrière moi et Lissingen sur la rive droite. Bientôt un repère dans le paysage, un pavillon, celui de la « Lindenquelle », une source qui permet à tout le monde de prendre son eau gratuitement. Le pavillon est classé monument historique. Je continue jusqu'à Birresborn, un autre village d'eau. Un joli bourg avec une grande église, l'église Saint Nicolas. Birresborn est une station climatique. Le prochain village, Mürlenbach est une belle surprise, bien située aux abords de la Kyll avec un joli pont qui enjambe la rivière. Mais l'attraction principale du village est le château fort de Bertrada. Ce château est nommé d'après une arrière grand-mère de Charlemagne. Il est visible de très loin avec ses deux tourelles. Suivent les villages paisibles de Densborn puis Usch-Zendscheid dans un paysage vert boisé. Je dois quitter maintenant la piste vélos pour un moment jusqu'à Saint Thomas où il y a un couvent bien rénové du même nom. Encore un petit effort pour arriver à Kyllburg. Juste avant je dois passer par un tunnel, long de 181 mètres. Le tunnel a la spécialité d'être partagé entre chemins de fer, cyclistes et piétons. Ca fait du bien, un peu d'ombre sous cette chaleur atroce. La Kyll est devenue entretemps une rivière digne du nom. Mon hôtel, « l'Eifeler Hof » est un très grand bâtiment, l'empereur allemand Guillaume était ici... et moi aujourd'hui. Le village ou plutôt la 2e plus petite ville de la Rhénanie-Palatinat ressemble à une ville morte, presque tout est fermé, sauf une Pizzeria, pourtant c'est un mardi, je ne comprends pas. Quelques magasins ont aussi fermés pour de bon, des vitrines vides et sales n'invitent pas le touriste à rester. Même mon hôtel, rénové pour des millions il y a quelques années fait mauvaise mine. Pourvu que ça dure!

19 juillet 2017

De Kyllburg à Speicher

De nouveau il fait et fera chaud. Pour sortir de Kyllburg il faut monter (13%) pendant un bon kilomètre une rue peu fréquentée par les voitures jusqu'à Wilsecker. Tout en haut on a une vue extraordinaire sur la vallée de la Kyll, mais je suis aussi totalement trempé de sueur, comme si je n'avais pas pris de douche il y a une heure seulement. Il existe la légende du « fantôme de Konert » ici : « un grand chien noir sévit sur les chemins entre Kyllburg et Wilsecker et provoque la peur aux gens qui rentrent aux heures tardives. Il a 12 jambes, des yeux grands comme des œufs et des cheveux longs et à poil dur comme un bouc. Le randonneur peut conjurer le fantôme quand il fait le signe de croix sur lui en criant : « Es-tu au nom de dieu, vas au dieu et si tu es au nom du diable, vas au diable ! » La route continue sous un pont géant (autoroute A 60) puis je bifurque bientôt sur la piste cyclable. À Erdorf j'aide un jeune couple espagnol à acheter un billet pour Cologne puis Hambourg, ils sont en train de voyager en sac à dos en Norvège. Pas facile d'entrer tout cela dans le distributeur de billets. Je leurs propose d'acheter un billet pour Cologne et puis s'y rendre au guichet. Il fait de plus en plus chaud mais j'ai la chance de marcher souvent à l'ombre des arbres qui parsèment le parcours. De Hüttingen à Phillipsheim le chemin mène pendant des kilomètres parallèlement à la voie ferrée. La Kyll change souvent son apparence, tantôt une rivière, tantôt un gros ruisseau. De Phillipsheim à Speicher le paysage est particulièrement beau et je croque ma pomme au bord de l'eau. Bien qu'il y a des tonnes de poissons je ne vois jamais de pêcheurs. Mais c'est peut-être parce qu'il n'y a pas assez de possibilités d'accès pour les voitures. La piste cyclable prime pour une fois sur les routes. J'ai réservé 2 nuits à Kyllburg, alors je prends le train ici à Speicher pour rentrer. Je n'ai pas trouvé à dormir dans cette région. Demain je retournerai ici en train pour terminer mon périple.

20 juillet 2017

De Speicher à Trèves-Ehrang

Après une nuit orageuse et pluvieuse, la pluie s'arrête au bon moment et en plus la température est devenue plus supportable. J'entame l'ultime étape sur la Kyll et je voyage en train pour recommencer là où j'ai terminé hier. En principe le paysage reste le même, mon chemin, c'est à dire la piste vélos, la voie ferrée et la rivière, seulement l'ordre des 3 changent de temps à autres. Les villages passés s'appellent Auw an der Kyll, Daufenbach et Deimlinger Mühle. Le plus grand village est celui de Kordel, bien placé aux abords de la Kyll et je peux tirer quelques belles photos. La rivière ressemble ici vraiment à une telle tandis qu'ailleurs la Kyll est plutôt un gros ruisseau. L'eau est souvent stagnante et elle manque d'attractions. La Kyll se cache aussi derrière une assez dense végétation. Bientôt sur la rive droite, sur une colline boisée, les ruines du château fort « Burg Ramstein » et un peu plus tard une centrale hydroélectrique, ce sont les points culminants de la journée. Ehrang, banlieue de Trèves avec une grande gare de triage et un port sur la Moselle le parcours de la Kyll se termine. Je dois traverser une grande prairie pour voir où elle se jette dans la Moselle. Comme c'est souvent le cas, je suis déçu pour avoir fait un si long périple pour finalement ne voir pas grand chose à la confluence. Tout comme si la Kyll aurait fait ce voyage en vain, heureusement souvent dans un décor formidable.