Le Chemin d'Ausone

Le Chemin d'Ausone

Date : 16 - 21 avril 2019

Longueur : 123 kilomètres

Début : Bingen (D) 49°57'57''N 07°53'47''E 118 m

Fin : Trèves (D) Porta Nigra 49°45'34''N 06°38'38''E 141 m

Pays : Allemagne

Regions : Rhénanie-Palatinat

Vivante histoire, c'est ce que promet le Chemin d'Ausone menant sur le Hunsrück de Bingen à Trèves. La «Via Ausonia» était utilisée comme voie de commerce à l'époque romaine, aujourd'hui c'est un sentier de randonnée prisé. Ausone, un poète romain, laissa une description détaillée de son trajet en calèche de Bingen à Trèves en 371 après JC avec son œuvre "Mosella".

16 avril 2019

De Bingen à Rheinböllen

Le point de départ à Bingen est le château Klopp. De là, on a une vue magnifique sur le Rhin et la Nahe, qui se jette pas loin d'ici dans le Rhin. À Burg Klopp sont exposés des fragments de bornes romaines découvertes en 1977 pendant une fouille dans la vieille ville de Bingen. Une inscription indique l'itinéraire vers Trèves 48 en lieues romaines, soit environ 106 kilomètres. Après environ un kilomètre, je traverse la Nahe sur le pont Drusus, l'un des plus anciens ponts de pierre d'Europe. A partir de maintenant, ça monte et monte. D'abord par un sentier étroit encombré par des arbres tombés jusqu'à Weiler, où je fais une première pause. Puis je passe l'église, plus tard la mine "Amalienhöhe". Ici se trouve un parc éolien, comme dans plusieurs endroits sur le chemin d'Ausone. Si vous vous en approchez si près, les éoliennes semblent énormes et leur besoin d'espace est gigantesque. Des panneaux avertissent que les ailes peuvent projeter de la glace en hiver. Passé la Lauschhütte où de nombreuses activités de plein air ont lieu, mais apparemment seulement dans quelques jours, à partir de Pâques. Je continue à monter jusqu'à l'Ohligsberg, le point culminant de ce sentier, à 609 mètres. Epuisé, je prends une plus longue pause, il y a des bancs et des tables, même un abri. La vue est magnifique et je l'apprécie au maximum. Après 16 kilomètres de montée, le sentier descend à nouveau, ce qui n'est pas moins épuisant. Encore 8 kilomètres jusqu'à Rheinböllen, que j'atteins via Dichtelbach. Un beau sentier balisé exemplairement. Ce qui est un peu décevant, cependant, c'est que je n'ai rien vu de romain, encore moins lu ou lu sur Ausone.

17 avril 2019

De Rheinböllen à Kirchberg

Il a plu cette nuit mais la pluie s'arrête ponctuellement après le petit-déjeuner. Bien que la voie romaine est à présent dégueulasse, il ne pleut plus. Aujourd'hui, je traverse des prairies, des champs et des forêts. La trajectoire est presque toujours droite et si un changement de direction est imminent, il s'agit généralement d'un angle de 90 degrés. Ce n'est certainement pas facile pour les Romains de basculer leurs chariots aussi abruptement autour du virage. Je vois environ une douzaine de chevreuils aujourd'hui, mais lorsque la caméra est enfin prête, les animaux se sont dispersés au-delà des collines. Je passe le "Schinderhannesturm" dans la ville de Simmern et continue en direction de Kirchberg. Bien que je ne me perds pas, il y a quelques incohérences concernant la signalisation, il est probable que des panneaux ont été perdus. Heureusement, j'ai mon application de navigation sur le smartphone. Sur ce tronçon il existe peu d'occasions de se reposer à des emplacements stratégiques et offrant une belle vue. Kirchberg, ma destination finale d'aujourd'hui est la plus vieille ville du Hunsrück. Une place de marché très belle et harmonieuse avec des maisons à colombages dont l'hôtel de ville, la maison du patrimoine et la pharmacie se distinguent particulièrement.

18 avril 2019

De Kirchberg à Belginum

Kirchberg a l'air un peu fatigué ce matin, il n'y a pas grand chose à faire ici. Je continue sur la "Via Ausonia", comme hier par des prés, des champs et des forêts. Contrairement à hier et avant-hier, il y a maintes surprises aujourd'hui concernant l'histoire d'Ausone. Je marche temporairement sur de vrais pavés romains et je vois encore les rainures de wagon. À Dill, il y a l'"Ausoniushütte", qui vous invite à faire une pause, une cabane en bois avec un gros tronc d'arbre au milieu et des instructions pour des jeux romains. Un peu plus loin se trouve une tour romaine, la réplique d'une tour de guet comme elles se présentent au bord du limes. Vous pouvez l'escalader, faire le tour du deuxième étage pour observer les alentours et vous sentir comme un véritable légionnaire romain. Malheureusement, l'intérieur a été pillé par les lubrifiants modernes, leur "art" contemporain semble répugnant surtout ici. Le trajet droit avec les courbes habituelles de 90 degrés n'est pas ennuyeux, il monte et descend à couper le souffle. Point culminant à 601 mètres. Au parc archéologique de Belginum, je termine aujourd'hui et visite le musée. Ici, vous pouvez en apprendre beaucoup sur les Romains. À la vue de tous ces ustensiles, je me rends compte que nous n'avons pas beaucoup progressé de nos jours.

19 avril 2019

De Belginum à Gräfendhron

Vendredi saint et beau temps du matin au soir, rien ne pourrait être mieux. La voie romaine continue principalement en ligne droite à travers la forêt, que les Romains craignaient tant. Agréable course à pied, un sol bien sec, où les feuilles d'automne desséchées en crissent sous mes pas. Ce bruit de fond chasse toutes les bêtes. Le paysage est assez spectaculaire aujourd'hui, de superbes panoramas s'ouvrent à moi et je saisis toutes les occasions pour faire une pause et m'émerveiller. Au sommet du "Tonnkopf", à 500 m d'altitude, des moutons s'enfuient comme piqués par la tarentule. Ils sont nombreux, certainement quelques centaines. Pas de berger, pas de chiens, pas de clôtures, terres agricoles libres. Et le meilleur de tous, après 10 minutes, tout le monde revient de commun accord. Agréable à regarder. Maintenant, le chemin mène à Haag, mignon petit patelin avec une jolie église. Le reste du chemin devient de plus en plus difficile, à travers la forêt, parfois en pente raide, de nombreuses branches tombées le long du chemin. Sur une section, on ne voit même plus le chemin entre les arbres. Ici et là un indicateur de route cloué quelque part à un arbre. Avant d'arriver à Gräfendhron, un chevreuil traverse mon chemin. Gräfendhron est situé au fond de la vallée du Dhron, une rivière longue de 35 km qui se jette à Neumagen-Dhron dans la Moselle. D'où le nom de Gräfendhron, un joli village avec un ravissant pont en pierre sur la rivière. Ici je dors dans une auberge de campagne.

20 avril 2019

De Gräfendhron à Fell

La journée sera difficile aujourd'hui. On sait que les cloches sont en pèlerinage vers Rome. A Gräfendhron, la moitié du village, grands et petits est debout. Le terrible bruit des crécelles transperce le village enclavé dans cette vallée par ailleurs calme. Immédiatement après avoir quitté l'auberge, le chemin monte rapidement jusqu'au village de Berglicht. Le paysage est toujours aussi spectaculaire, mais la signalisation laisse fort à désirer. Aux points stratégiquement importants, il manque complètement. Je ne puis me débarrasser du sentiment que partout où l'on ne peut se rendre en voiture, il n'y a aucun signe. Vous ne pouvez pas expliquer cela différemment, c'est presque toujours comme ça. Plusieurs fois, mon GPS doit servir à trouver le bon chemin. Les gens qui se fient uniquement à une carte sont perdus. Ils auront des kilomètres supplémentaires pénibles. Au moins il fait beau. Beaucoup de forêt et presque toujours en montée. Tout le long du chemin, je n'ai vu aucun randonneur avec un sac à dos. Mais exactement à ce moment-ci, un compagnon d'infortune, arrive en montée vers moi avec les mêmes problèmes. Il fait son chemin à travers la forêt profonde, tout comme moi. Les bancs de repos manquent aujourd'hui. Dommage, surtout à cause des paysages à couper le souffle. Comme je n'ai trouvé aucune occasion de séjour à Fell, je veux prendre le bus pour Trier-Ruwer, que je râte d'une minute. Je dois attendre 3 heures pour le suivant, j'ai donc suffisamment de temps pour écrire ces lignes et me défouler. Demain sera mieux!

21 avril 2019

De Fell à Trèves

En taxi, je retourne à ma destination d'hier, à Fell. Tout de suite le chemin monte en serpentines. Arrivé presqu'en haut j'effraye deux chevreuils broutants. Au sommet, je me vois récompensé par une vue magnifique sur la vallée de la Ruwer. Il y a des vignobles partout. Les vins de la La Ruwer appartiennent à la région viticole Mosel-Saar-Ruwer. Je passe un immense centre de traitement des déchets et me dirige vers Mertesdorf et Eitelsbach. Pas loin et je suis aux limites de la ville de Trèves, plus précisément dans le quartier de Ruwer. Ici, la petite rivière se jette dans la Moselle. Trèves est encore à six kilomètres, sur une route à faible passage et par une zone industrielle. Bientôt, l'église "Paulinskirche" est en vue, puis je marche directement sur la Porta Nigra et les nombreux autres monuments romains, tous classés au patrimoine mondial de l'UNESCO. C'est ici que se termine le chemin d'Ausone. Je suis loin d'écrire autre chose sur Trèves. Il n'y a rien qui n'a pas déjà été écrit.